NEWS


Title

subtitle

Chaudfontaine sera l’exemple national et international de durabilité au sein de Coca-Cola European Partners (CCEP). À cette fin, tout sera mis en œuvre pour protéger durablement la source, pour renforcer la durabilité des emballages et du site d’embouteillage d’eau minérale. Car l’ambition pour l’avenir est claire : Chaudfontaine veut devenir un des premiers sites d’embouteillage de CCEP climatiquement neutres en Europe.

 

 

Coca-Cola European Partners (CCEP) a de fortes ambitions dans le domaine de la durabilité. D’ici 2040, la société veut être totalement neutre sur le plan climatique. Non pas en compensant, mais en réduisant concrètement ses émissions. Ces dix dernières années, l’entreprise a déjà diminué ses émissions de CO2 de 30,5 % et elle veut en faire autant pour la décennie à venir. CCEP va dès lors investir dans les 3 prochaines années pas moins de 250 millions d’euros dans les énergies renouvelables, le transport plus propre, des emballages plus légers en plastique recyclé, etc.

 

Le site d’embouteillage de Chaudfontaine est un fer de lance de cette stratégie internationale. L’eau minérale naturelle locale doit servir d’exemple pour les innovations en matière de durabilité. Chaudfontaine est une des premières marques du portefeuille mondial de Coca-Cola à être passée au plastique 100 % recyclé (rPET) en 2018. « En plus d’être recyclées à 100 %, les bouteilles en rPET de Chaudfontaine sont fabriquées depuis peu uniquement à base de PET non coloré (clearPET), et le film autour des multipacks est également en matériau recyclé. Aucun nouveau plastique n’est donc utilisé à Chaudfontaine – à l’exception du bouchon et de l’étiquette, mais l’entreprise souhaite également les changer dans un avenir proche, si cela devient techniquement possible », explique Achmed Boumrah, directeur du site de Chaudfontaine. « Nous voulons ainsi transformer chaque bouteille en une autre bouteille. C’est pourquoi, via des messages sur nos étiquettes, nous motivons activement nos consommateurs à trier, afin de vraiment pouvoir réaliser cette ambition. »

 

Les dernières bouteilles bleues de Chaudfontaine sont en train de sortir des lignes de production. Elles seront remplacées par des bouteilles transparentes (clear) en rPET. Ce rPET simplifie le processus de recyclage, car les bouteilles transparentes peuvent être transformées en plastique recyclé de n’importe quelle couleur.

 

Chaudfontaine donne ainsi l’exemple au reste du portefeuille de CCEP, qui est actuellement composé à 62 % en moyenne de rPET en Belgique et va évoluer vers 100 %. Outre le PET recyclé, Chaudfontaine se concentre également sur les bouteilles en verre consigné en tant qu’emballages plus durables.

 

Chaudfontaine neutralité climatique d’ici 2023

 

Un rayon protégé de 5 km autour des sources

 

 

L’eau minérale de Chaudfontaine bénéficie d’une protection naturelle optimale, ce qui lui confère une pureté exceptionnelle – son parcours de pas moins de 7,5 kilomètres, à une profondeur de 1 600 mètres, y est pour beaucoup. Ce processus naturel de filtration prend 60 ans avant que l’eau n’émerge à la source à une température de 37°C. Bien que l’eau traverse des schistes imperméables tout au long de son cheminement, Coca-Cola ne veut rien laisser au hasard et a donc investi dans un renforcement de la protection des sources ces dernières années. En collaboration avec la Région Wallonne et l’Université de Liège, toutes les sources de pollution potentielles ont été cartographiées et traitées dans un rayon de 5 kilomètres (250 hectares) autour du site. Par exemple, toutes les citernes de mazout (552 au total) des riverains ont été protégées ou retirées afin que l’eau ne puisse pas être polluée en cas de fuite. L’agriculture locale dans cette zone protégée est également soumise à des règles strictes et l’utilisation de pesticides à proximité fait l’objet de contrôles poussés. Des chercheurs vérifient régulièrement la présence de nitrates et de métaux lourds dans le sol afin de pouvoir prendre des mesures immédiates en cas de pollution.

 

En outre, les sources elles-mêmes ont été dotées de nouvelles conduites et d’une nouvelle ventilation, et sont bien protégées pour éviter toute contamination. Tous les « puits » ont été complètement scellés et une surveillance est assurée. Coca-Cola veut ainsi s’assurer que dans 60 ans, nous boirons exactement la même eau de Chaudfontaine que celles que nous buvons aujourd’hui.

 

Avec ces investissements dans la source, qui ont coûté à ce jour 1,8 million d’euros, Chaudfontaine est en lice pour le certificat Platinum – le plus élevé – de l’organisation mondiale Alliance for Water Stewardship (AWS). Ce certificat officiel n’est attribué qu’aux sites qui mettent tout en œuvre pour gérer leur eau de la manière la plus efficace et la plus responsable possible.

 

 

Neutralité climatique d’ici 2023

 

 

Le site d’embouteillage d’eau minérale lui-même est également bien engagé sur la voie de la durabilité. Grâce à un système ingénieux, le site est chauffé par la chaleur de l’eau de Chaudfontaine, et une turbine hydraulique dans la rivière – doublée de panneaux solaires – assurent une partie de la production d’énergie. Au total, ces systèmes durables fournissent plus de 15 % de l’énergie totale.

 

Achmed Boumrah ajoute : « Mais notre ambition et nos investissements ne s’arrêtent pas là. Nous voulons être un des premiers sites européens de Coca-Cola European Partners à devenir neutre en carbone (c’est-à-dire sans émettre de gaz à effet de serre négatifs pour le climat) d’ici 2023. Pour y parvenir, nous irons aussi loin que possible dans la réduction de CO2, entre autres en réduisant considérablement – voire en éliminant – le recours aux combustibles fossiles. Ce n’est qu’alors que nous compenserons les émissions de CO2 restantes. Un plan d’action concret est actuellement en cours d’élaboration et sera lancé cette année. »

 

 

Une marque locale forte

 

 

Aline Lemaire, directrice marketing chez Coca-Cola Services, conclut : « Nous savons que Chaudfontaine est une marque locale forte. Nous continuerons donc à investir massivement dans le marketing cette année – avec la plus grande campagne de marketing jamais lancée, mais aussi en termes d’innovation. Le site de Chaudfontaine a également obtenu un certificat biologique et a commencé à produire de la limonade bio depuis le début de cette année. Pour ce faire, des investissements ont été réalisés dans la transformation et le stockage strictement séparés des jus de fruits entièrement issus de l’agriculture bio, comme le stipulent les directives relatives à la production biologique. »

 

Pour traiter les eaux aromatisées et ces jus, une toute nouvelle ligne de production a été déployée fin 2019, pour un coût de 20 millions d’euros.

 

Chaudfontaine est donc fin prête à jouer son rôle de marque belge forte et d’exemple de durabilité au sein de Coca-Cola European Partners.

 

chaudfontaine exemple de durabilité

 

Media contact

Tu es un journaliste ou un blogger et tu désires être en contact avec le responsable media de Coca-Cola Belgique & Luxembourg? Tu peux le faire en suivant les informations ci-après